24 mai 2019 0 Commentaire

Les plus belles années d’une vie

lesplusbellesanneesDate de sortie 22 mai 2019 (1h 30min)

De Claude Lelouch
Avec Jean-Louis Trintignant, Anouk Aimée, Marianne Denicourt
Genres Comédie dramatique, Romance
Nationalité français
Déclaration d’amour à Claude Lelouch: Monsieur, à condition que vous changiez les musiques de vos films, je vous aime absolument ! Ce film comme tous vos films est une bouffée d’air frais, un vrai feel good movie parce que vous me faites toujours croire que la vie est belle, quelque soit le sujet de vos créations.  Ici le sujet n’est pas facile et j’avais un peu peur de m’y frotter, peur de sortir en larmes: il est quand même question de vieillesse, d’un amour perdu et retrouvé trop tard, d’Alzheimer et de maison de retraite. Anouk Aimée qui « se maquille plus que lui et parait plus jeune » comme elle dit,  est toujours très belle; et Jean Louis Trintignant, longuement filmé en gros plan, en vieil homme au regard de ceux qui ne comprennent plus tout ce qui se passe autour d’eux est bouleversant. il faut bien sur avoir vu les deux premiers opus, mais qui ne les a pas vus ? d’ailleurs, non, même sans les avoir vus, on peut se régaler de celui ci. mais cela serait moins émouvant. Je suis sortie avec le sourire, contente de terminer ma journée ciné sur ce film là.

24 mai 2019 0 Commentaire

Meurs Monstre Meurs

MeursDate de sortie 15 mai 2019 (1h 39min)

De Alejandro Fadel
Avec Victor Lopez (II), Esteban Bigliardi, Tania Casciani
Genres Thriller, Fantastique
Nationalités argentin, français
Laissez moi quelques minutes de réflexion, parce que là, les mots me manquent…
…………………………………………………………………………………………………………………………………..Voila, ça y’est ! Je dois vous dire en préambule, que je vraiment très friande de l’étrange, du bizarre, du pas comme il faut et pas comme d’habitude. Donc, la bande annonce avait tout pour me donner envie de voir ce film.
Me voici donc dans une des plus petites salles de mon cinéma habituel, je me dis que c’est normal: le film ne va peut être pas attirer les foules. Il commence par des plans qui se veulent « choc » (faute de subtilité) avec sang-sur-museaux-blancs-de-jolis-moutons, sang-sur-barbe-blanche-de-vieillard-édenté-avec-un-oeil-crevé, morve au nez et tronches d’une laideur glauque pour être raccord avec le traitement de l’image. Le ton est donné… Le reste, comment dire… me viennent bien les mots de « ridicule » « racoleur » « raté » « juste moche » « ennuyeux » « mou » « long »… pour finir en apothéose de ridicule qui m’a fait glousser de surprise genée teintée de « non on peut encore faire des trucs comme ça au cinoche aujourd’hui » ? Sans compter les emprunts à Lynch et aussi au Cronenberg des débuts ( (mais on a oublié de leur emprunter le talent) et à d’autres films: ça n’est même pas original. et ça n’en finit pas !!! à un moment je vois une séquence et me dis « ah, enfin, ça doit être le plan de fin » , mais non, cut, autre séquence et ça continue..Oh nooooon !!! un ovni dans la catégorie navet intersidéral mais chiant….

24 mai 2019 0 Commentaire

Douleur et Gloire

douleurDate de sortie 17 mai 2019 (1h 52min)

De Pedro Almodóvar
Avec Antonio Banderas, Asier Etxeandia, Leonardo Sbaraglia, Penelope Cruz
Genre Drame
Nationalité espagnol
Présenté en compétition au Festival de Cannes 2019
Absolument magnifique: Quand Almodovar retrouve Banderas (et vice versa) c’est forcément de la bombe ! Le bel Antonio vieillit sacrément bien, avec ses yeux de velours et sa barbe poivre et sel.  J’ai tout simplement adoré. La structure narrative m’a ravie, c’est et ça n’est pas auto biographique, tant mieux. tous les comédiens sont superbes. Marrant: à chaque fois que je sors d’un film d’Almodovar j’ai envie d’apprendre l’espagnol (j’ai fait anglais – allemand).  les presque deux heures passent à toute vitesse; il y a longtemps que je n’avais pas assisté à une séance sans regarder ma montre une seule fois. C’est amusant, le même jour j’ai vu « les plus belles années d’une vie », avec lequel on peut trouver un point commun: les retrouvailles de deux personnes qui se sont aimées et retrouvées plusieurs dizaines d’années plus tard, le film montrant donc tour à tout leurs présents séparés et leurs souvenirs communs. Intéressant d’observer les différences dans la manière de traiter le sujet. Mais je vous parlerai des plus belles années plus tard. pour l’instant: douleur et gloire… émouvant, drôle, touchant. des personnages hauts en couleur et en tendresse. De la nostalgie, aussi, forcément. j’ai beaucoup aimé le traitement visuel des explications des douleurs de Salvador (avec sa voix off qui me fait toujours penser au chat de Shrek,  je sais c’est nul mais je ne peux pas m’en empêcher) . j’irai surement le revoir

24 mai 2019 0 Commentaire

Le jeune Ahmed

Le-jeune-Ahmed-754x1024Date de sortie 22 mai 2019 (1h 24min)

De Luc Dardenne, Jean-Pierre Dardenne
Avec Idir Ben Addi, Olivier Bonnaud, Myriem Akheddiou
Genre Drame
Nationalités belge, français
présenté en Compétition du 72e Festival de Cannes
Ce film, à force (selon les déclarations des réalisateurs eux mêmes), de ne pas vouloir être un film sur la radicalisation mais sur l’histoire d’un ado, nous montre de façon très plate un môme qui tente de poignarder une jeune femme parce qu’elle enseigne la langue arabe en se basant sur d’autres textes que le Coran. Tout de suite mis en centre spécialisé, du style « ferme pédagogique » comme j’en connais, tout le monde autour de lui: famille, amis que l’on voit peu à part « avant », éducateurs, cherchent en douceur à le faire revenir à la raison et comprendre son acte. Mais à force de vouloir juste « montrer », je trouve que le film ne dit rien; ou pas assez clairement, sur les failles psychologiques qui ont amené ce très jeune homme à se radicaliser. On voit bien la famille, le père a l’air absent, mais ses frères et sœurs ont l’air plutôt joyeux; la mère aimante, bien sur dépassée par les événements, mais on ne sait pas comment elle était avant; bref j’ai l’impression d’avoir vu un cas surement très proche de la réalité, mais sans ressortir avec un élément de compréhension de plus… Hormis les mouvements de caméra trop désordonnés et rapprochés du début (fatiguant), le film est bien filmé. On est quand même chez les frères Dardenne. Mais bon, voila, quoi, c’est un peu léger, tout ça. Je ne vous parlerai pas non plus de la fin, bien sur. Mais si vous allez le voir, dites moi juste si un détail de la topographie des lieux ne vous a pas semblé incohérent ? ou alors c’est moi; et ça ne change rien à l’histoire de toute façon.
21 mai 2019 0 Commentaire

Pokemon Detective Pikachu

2748213.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxxDate de sortie 8 mai 2019 (1h 45min)

De Rob Letterman
Avec Justice Smith, Kathryn Newton, Bill Nighy
Nationalités américain, japonais
Etant sortie au bout de 3/4 d’heure, je ne me sens pas le droit de commenter. l’histoire ne m’a pas donné envie de rester, j’aurais voulu Pikachu plus mignon et moins tête à claques, plus de Pokémons partout en arrière plan, enfin quelque chose qui m’aurait donné envie de rester..  donc j’arrête là, en espérant que les prochains films que je verrai rachèteront ces heures perdues.

21 mai 2019 0 Commentaire

The dead don’t die

The_Dead_Don't_DieDate de sortie 15 mai 2019 (1h 43min)

De Jim Jarmusch
Avec Bill Murray, Adam Driver, Tilda Swinton
Genres Comédie, Epouvante-horreur
Nationalité américain
Si ce film avait été réalisé par un inconnu, j’aurais sans doute été plus indulgente. Mais là, crotte, de Jim Jarmusch, j’attendais un peu plus, un peu mieux. Ici je n’ai vu qu’une comédie avec plein de références hyper (trop) appuyées à d’autres films, des blagounettes de cour d’école (CF le porte clef d’Adam Driver: il aurait suffi de le montrer, mais pas d’appuyer avec une réplique le concernant), des références lourdingues à la musique du film, bref un peu de subtilité n’aurait pas desservi le machin. Avec un casting pareil quel dommage… et le message sur la société de consommation: pitié !!! même si je suis bien d’accord sur l’idée que cette société est moche et superficielle, chez Jarmush j’aurais voulu plus de finesse et de classe.  Après le somptueux et magique « Only lovers left alive » et le génial « Paterson », je suis tombée de haut. d’autant plus regrettable que beaucoup de moments laissent deviner ce que ça aurait pu être….

21 mai 2019 0 Commentaire

Les Crevettes Pailletées

Les-crevettes-pailletées-2019-cinepassion34Date de sortie 8 mai 2019 (1h 40min)

De Cédric Le Gallo, Maxime Govare
Avec Nicolas Gob, Alban Lenoir, Michaël Abiteboul
Genre Comédie
Nationalité français
Le récent film « le grand bain » qui aurait croisé « Pricilla folle du désert »… Pas mal de stéréotypes, bien sur, et on a l’impression qu’il n’y a pas de femmes aux Gay Games (un peu gênant) et la seule équipe féminine présente au début du film est hyper caricaturale comme d’hab … Le générique de fin laisse entendre qu’il s’agit d’une équipe qui a existé, et là j’avoue mon ignorance.  à l’arrivée, j’ai passé un moment agréable en décidant de passer outre les premières réserves évoquées plus haut. et grace à toute mon indulgence et mon envie de me distraire .  c’est quand même le principal.

21 mai 2019 0 Commentaire

Hellboy

affiche-hellboy-2018-12Date de sortie 8 mai 2019 (2h 01min)

De Neil Marshall
Avec David Harbour, Milla Jovovich, Ian McShane
Genres Fantastique, Action
Nationalité américain
Vu avec beaucoup de retard, je sais bien. Du coup rédaction de l’article aussi, et avec une motivation toute relative parce que ce film ne m’a pas divertie ni un peu intéressée. c’est un peu court, comme argumentation ? bon, je développe un peu (mais franchement j’ai déjà perdu mon temps à le visionner): je regrette la disparition de Ron Perlman au profit de David Harbour, je regrette la disparition de l’humour un peu potache du précédent, l’absence de Liz (qu’est elle devenue ?) et de Abe Sapien; je regrette les images de synthèse trop présentes et trop moches, l’ennui profond qui a découlé de tout ça du moins en ce qui me concerne. voila ? je peux passer à l’article suivant ? parce que j’en ai d’autres en retard, et plein de trucs à faire… et depuis le temps, si vous aviez envie de voir Hellboy, vous devez l’avoir vu…donc au suivant.

15 mai 2019 0 Commentaire

Lourdes

4491101.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxDate de sortie 8 mai 2019 (1h 31min)

De Thierry Demaizière, Alban Teurlai
Avec acteurs inconnus
Genre Documentaire
Nationalité français
Ne pas confondre avec le film « Lourdes » de 2011, de Jessica hausner avec Sylvie Testut. Ici, nous sommes devant un documentaire, très beau, très touchant, qui commence avec, comme sur l’affiche, des mains qui se succèdent au contact de la roche de la grotte, qu’elles frôlent et caressent; avant même de découvrir des visages. On y découvre des portraits, des personnes au plus profond de la dépendance, de la vulnérabilité et de l’espoir, et aussi d’accompagnants, valides et totalement dévoués. c’est complètement bouleversant et il est difficile de ne pas les aimer, tous.
Le film ne cherche pas à nous convertir, ne juge personne, n’a rien à vendre, et montre tous les aspects de ce lieu si particulier où se côtoient les plus souffrants, les plus démunis, les plus dépendants, et les marchands du temple, dont on comprend peut être mieux la présence.
Je ne suis pas prête d’oublier ces visages et je pense être sortie du cinéma un peu grandie. Même si tout cela n’est pas une découverte, le film m’a profondément touchée, remis les pendules à l’heure et je pensais très fort aux « mains vides » de  Thérèse (de Lisieux).
Le film n’est jamais voyeur et filme avec pudeur et respect les corps et des âmes à la torture, portés par un formidable espoir.
Et je me disais que cette foule de malades et d’accompagnants, les uns portant les autres, (mais pas à sens unique comme le soulignait le regretté Jean Vannier, c’est un échange ou chacun élève l’autre, le grandit), c’est aussi cela le miracle de Lourdes.
à voir absolument si vous ne craignez pas d’être émus aux larmes et un peu chamboulés.

8 mai 2019 0 Commentaire

Mid 90′s

220px-Mid90s_(2018_movie_poster)Date de sortie 24 avril 2019 (1h 24min)

De Jonah Hill
Avec Sunny Suljic, Katherine Waterston, Lucas Hedges
Genre Comédie dramatique
Nationalité américain
Intéressant de retrouver Katherine Waterson, vue dans « Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald », dans ce film indépendant (je crois) réalisé par Jonah Hill, dont j’avais une image d’acteur de grosse comédies (lui, pas elle) qui à priori ne m’aurait pas trop incitée à aller voir ce film. et j’aurais eu tort. Je n’avais même pas vu la bande annonce – comment est-ce possible ? Je trouvais l’affiche jolie et j’avais du temps devant moi en passant devant le MK2 Beaubourg; la séance commençait dans 10 minutes: parfait !
Donc j’entre sans plus réfléchir avec ce plaisir de ne pas savoir ce que je vais voir, ce qui est rare. je ne m’explique d’ailleurs pas comment je suis passée à côté de la bande annonce. Et ça commence….
Pour ceux qui n’ont pas connu ce temps « que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre », les années 90 peuvent avoir leur charme. Pour ceux qui les ont connues et ont fait du skate, un baladeur sur les oreilles aussi.
Pour moi, moins.
Dès les 1eres images, j’ai la désagréable sensation de me retrouver plongée à cette époque, le traitement de l’image est là pour ça, et il est très réaliste; les vêtements, les objets; la musique (là il y avait des choses que j’aimais, quand même). Et sacrebleu ! c’est du 4/3 : j’avais envie de tirer sur les bords de l’image comme au milieu de l’excellent « Mommy » de Xavier Dolan momxavdol , je ne comprenais pas pourquoi le grand frère cognait le petit si choupinou, pourquoi le choupinou en question s’auto blessait, bref les premières minutes furent un peu désagréables.
Mais ne partez pas, Oh ! mes lecteurs, parce que très rapidement, je fus prise par le charme de ce film, je comprenais tout bien, j’éprouvais de la tendresse pour ces personnages authentiques, avec des noms pas possibles et un vocabulaire itou. ça me parlait de solitude mais d’amitié, d’accidents dont on se relève, d’apprentissage de la vie quand on doit se trouver des guides que l’on n’a pas dans le cadre familial, d’une époque révolue,  de solitude aussi, d’adolescence, et tout ça pour sortir un sourire aux lèvres, contente de ma découverte, à l’arrivée.

12345...15

L'oeil de la taupe |
Lola DEWAERE, tout simpleme... |
Looking Glass |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kneecongo32
| Cine Mania FR
| Cinekinode