19 février 2020 0 Commentaire

La fille au bracelet

la_fille_au_bracelet_affiche12 février 2020 / 1h 36min / Drame, Judiciaire

De Stéphane Demoustier
Avec Melissa Guers, Roschdy Zem, Chiara Mastroianni
Nationalité française
La volonté de ne pas spoiler m’empêche d’expliquer en détail la raison pour laquelle ce film, non seulement m’a déplu, mais m’a agacée et laissée perplexe  et un peu en colère. Je peux tout de même sans rien dévoiler vous dire que je pense que le scénario a été bâclé, ce procès – enquête et plaidoiries - peu (pas du tout) crédibles, les comédiens font ce qu’ils peuvent pour sauver les meubles, si c’était possible. J’ai bien compris qu’il était question de se pencher sur les conséquences de ce procès sur les familles, plus que sur l’enquête elle même, gna gna gna… mais bon sang de bon sang, ça ne justifie pas un tel vide scénaristique… Anais Demoustier ne m’a pas convaincue une seule seconde, c’est la première fois que je la trouve mauvaise. Je n’ai éprouvé aucune émotion, ni aucune pointe d’intérêt en visionnant ce film,  si ce n’est de l’ennui et le sentiment d’avoir perdu mon temps.

13 février 2020 0 Commentaire

Queen & Slim

queenetslim12 février 2020 / 2h 12min / Thriller, Drame

De Melina Matsoukas
Avec Daniel Kaluuya, Jodie Turner-Smith, Bokeem Woodbine
Nationalité américaine
Road movie, love story, mélo, une belle histoire d’amour sur fond de cavale . j’aime bien Daniel Kaluuya que j’avais découvert dans « get out », il a l’air du gars sympa à qui on ne souhaite que du bien. J’ai trouvé ce film engagé et intelligent, pas manichéen contrairement à ce que l’on pourrait craindre, bien filmé, beau et émouvant. J’ai entendu des critiques à la sortie où le mot « clichés » revenait souvent:  Pas d’accord. désolée, j’ai aimé. na.

13 février 2020 0 Commentaire

Jojo Rabbit

jojo29 janvier 2020 / 1h 48min / Guerre, Drame, Comédie

De Taika Waititi
Avec Roman Griffin Davis, Thomasin McKenzie, Scarlett Johansson
Nationalité américaine
La bande annonce pourrait laisser craindre un grosse comédie pas finaude, mais en réalité, attendez vous plutôt à sortir vos mouchoirs. Les premières minutes peuvent être inconfortables, mais très vite il est évident que le film joue avec des éléments casse-binette et s’en sort bien. il s’agit de la perception d’un gamin allemand, tiraillé entre ce qu’on lui raconte sur hitler, et le nazisme et la réalité qu’il découvrira de la plus cruelle manière. le film est d’autant plus redoutable qu’il joue avec ces contrastes terrifiants.

13 février 2020 0 Commentaire

The gentlemen

gentlemen5 février 2020 / 1h 53min / Policier, Action

De Guy Ritchie
Avec Matthew McConaughey, Hugh Grant, Charlie Hunnam
Nationalité américaine
Un film qui me confirme si besoin était que n’est pas Tarantino qui veut… excellent casting, magnifique générique, , image soignée, dialogues pas mal, fantaisies visuelles, scénario tarabiscoté, alors me direz vous, pourquoi cette reserve ? eh bien, parce que si j’ai trouvé là un bon divertissement, je ne peux que regretter que tout ça soit du pompage de films déjà vus et revus. Alors bon, je n’ai pas eu envie de bouder mon plaisir, mais j’ai quand même eu l’impression qu’un logiciel capable de mixer tout ce que j’avais adoré dans d’autres films – parce que c’était innovant – et d’en créer un nouveau (en moins bien) avec le mélange, aurait donné « the gentlemen », donc bien fichu, mais du coup pas original contrairement à ce qu’il a l’air de vouloir être.

8 février 2020 0 Commentaire

#Jesuislà

0030772.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx5 février 2020 / 1h 38min / Comédie, Romance

De Eric Lartigau
Avec Alain Chabat, Doona Bae, Blanche Gardin
Nationalités française, belge
Ce film m’a laissée un peu perplexe. Alain Chabat est comme toujours superbe, de plus en plus subtil dans son jeu, toujours aussi attachant, je ne peux que me laisser attendrir.
Perplexe parce que beaucoup plus mélancolique que ce que à quoi je m’attendais. Un peu déprimant même.
Le scénario m’a semblé tout d’abord un peu léger, mais à la réflexion, non, ça ne pouvait pas être autrement: Tu pars sur un coup de tête à Séoul à la poursuite d’un rêve sur instagram ?…. ben voila!… ça donne ça…
j’ai entendu dans une émission sur le cinoche que le film était stigmatisant pour les Coréens…. les mêmes critiques  professionnels que dans la chronique qui précède celle ci. Donc vous savez déjà ce que je vais répondre:: CROTTE !

Le film n’est ni insultant ni irrespectueux, ni stigmatisant. c’est le regard d’un restaurateur qui n’a pas beaucoup voyagé et débarque sur un coup de tête dans un pays où il s’imaginait vivre tout à fait autre chose que ce qu’il va y vivre. il a peut être deux trois clichés dans la tête, mais arrive avec plein d’envies positives.
C’est surtout un film sur la crise de la cinquantaine, sur le décalage entre la vie virtuelle et les choses IRL…
j’ai très peur que sous prétexte de ne pas stigmatiser (?) on ne puisse plus faire que des films lisses et sans caractère. Plus un mot plus haut que l’autre, plus un regard un peu personnel, tous les films dont l’action se déroulera ailleurs qu’en France devront être conformes aux brochures des agences de tourisme…. ça va âtre coton c’est moi qui vous le dis…

8 février 2020 0 Commentaire

Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn

birdsofprey5 février 2020 / 1h 49min / Action, Aventure

De Cathy Yan
Avec Margot Robbie, Mary Elizabeth Winstead, Jurnee Smollett-Bell
Nationalité américaine
Après une longue période où je fréquentais moins les salles obscures: mouvements sociaux (pas de métro et grosse fatigue), préparation d’un projet perso et différentes autres raisons dont je me serais bien passée, me revoila assise seule dans une de mes salles favorites, après avoir traversé à pieds (gardons les bonnes habitudes:si les grèves métros sont terminées je suis moi, toujours en « fin de droits » -j’ai failli écrire « de vie » intéressant lapsus – vous voyez j’ai un super moral ) avoir traversé disais-je, un paris à peine réveillé aux trottoirs envahis de détritus (re mouvements sociaux). Et donc bien décidée à passer un agréable moment avec cette chouette Harley Quinn, sur qui je comptais pour me défouler un peu pourvu qu’elle passe ses nerfs et sa dinguerie sur des vilains méchants, chose que je ne peux faire moi-même étant viscéralement non violente, autant par conviction profonde que par lâcheté et paresse.
Je passe sur quelques déceptions arrivées là comme des bémols à mon plaisir: la hyène n’était pas assez présente, et Harley pas assez frapadingue à mon goût.
Ceci dit je savourais l »humour décalé, les influences assumées (à un moment on se serait cru dans une parodie Gothamienne de Tarantino – je pense à la présentation de la genèse de la tueuse à l’arbalète – incarnée par la belle Mary Elizabeth Winstead que j’avais aimée dans « 10 Cloverfield lane »- personnage présenté un peu comme O-Ren Ishii dans Kill Bill (si si je vous assure ) et la séquence où Harley est anesthésiée comme Black mamba, quand elle sort du coma et retrouve l’usage de ses pieds et aussi dans le 2 quand elle est immobilisée par une piqure administrée par Bill.Et je vous fais grâce de ces autres références comme Harley sur le capot de la voiture ( boulevard de la mort) etc. vous êtes assez grands pour les avoir vus vous-mêmes.
Donc, passant outre les petits défauts du film, je décidais – j’en avais grand besoin- de savourer ce qui m’était offert avec gratitude et joie enfantine.
Et ce matin, oh énervement suprème ! j’entends une émission de critiques de cinéma me démolir mon plaisir, sous prétexte que le film n’est pas assez féministe (!?) parce que Harley ne peut pas exister seule:après avoir rompu avec le Joker, elle se retrouve dans une sorte de sororité et pas toute-seule-toute-seule face à l’adversité… et là j’ai envie de dire « crotte » ! Peut-on encore faire des films qui racontent ce qu’ils ont envie de raconter ou bien faut il absolument coller au politiquement correct du moment ? cela m’agace d’autant plus que cette remarque émanait de la seule critique ciné dont j’écoutais les avis avec plaisir. Mais là, c’est fini…. je n’écouterai plus ces gens qui sont payés pour vous démontrer que vous êtes des imbéciles, ou pas assez instruit.e.es ou raffiné.e.s pour avoir raison, alors que eux savent ce qu’il faut penser. Donc: crotte. je l’ai déjà dit ? pas grave je le dirai encore pas plus tard que très bientôt. dans ma prochaine chronique.

23 janvier 2020 0 Commentaire

Play de Anthony Marciano

play1 janvier 2020 / 1h 48min / Comédie

De Anthony Marciano
Avec Max Boublil, Alice Isaaz, Malik Zidi
Nationalité français
alors oui, c’est un peu potache, mais le mot qui me semble le plus représentatif de ce film est: sympa. Tout repose sur les épaules de Max Boublil, et l’idée de peindre cette génération au travers de rushes de toute sa vie depuis sa premiere caméra VHS est intéressante. et c’est dans l’ensemble bigrement bien fichu, à part une ou deux expressions que l’on n’utilisait pas encore à l’époque (si ma mémoire est bonne) comme « c’est bon, là, tu m’as saoulée » mais je passe l’éponge. Conquise par le début, j’ai eu peur de me lasser un moment, pour vite me laisser prendre par les personnages et trouver même des scenes  plutôt émouvantes. j’ai passé un agréable moment, avec l’impression de retrouver des potes, même si je suis un chouia plus âgée.

23 janvier 2020 0 Commentaire

Selfie

selfie15 janvier 2020 / 1h 47min / Comédie
De Thomas Bidegain, Marc Fitoussi, Tristan Aurouet, Cyril Gelblat, Vianney Lebasque
Avec Manu Payet, Blanche Gardin, Elsa Zylberstein
Nationalité français
Pointant du doigt avec un humour gentil les travers de notre vie connectée, ce film est la somme de 5 sketchs réalisés par 5 réalisateurs. j’ai forcément été plus sensibles à certaines histoires, mais dans l’ensemble j’ai trouvé cela bien observé et souvent drôle (pas hilarant non plus, hein…). un peu déçue de ne pas voir Manu Payet tout le temps (c’est pour lui que j’étais venue) mais c’est le principe un peu risqué du film. j’en oublierai une bonne partie très rapidement – c’est déjà fait – pour me souvenir de ce qui m’a fait rire (et encore). un moment agréable quand même, et ces derniers temps c’est toujours bon à prendre.  Sans plus en ce qui me concerne.

21 janvier 2020 0 Commentaire

Swallow

swallow15 janvier 2020 / 1h 34min / Drame
De Carlo Mirabella-Davis
Avec Haley Bennett, Austin Stowell, Denis O’Hare
Nationalités américain, français
Prenez un peu du « Rosemary’s baby » de Polansky, en plus froid, et un peu du « Dans ma peau » de Marina de Van, en beaucoup moins percutant, et vous mélangez. Ne vous fiez pas au rose de l’affiche, voyez plutôt le rouge, et le visage de Haley Bennett: excellente. l’image est soignée, les couleurs pas là par hasard. Tout le début est délicieusement (ben oui) dérangeant, ensuite j’ai été un peu déçue, mais vous jugerez, et quel plan de fin!! , sur lequel se déroule le générique ! je n’en revenais pas ! bon, dans l’ensemble je peux dire que j’ai beaucoup aimé même si j’aurais voulu que ça aille plus loin, pas forcément dans le gore, mais dans le « dérangeant ». Sinon mise en scène remarquable, lumière je ne vous dis que ça. Des plans aux petits oignons, non, bien, bien…

12 janvier 2020 0 Commentaire

Je ne sais pas si c’est tout le monde

0946087.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx23 octobre 2019 / 0h 59min / Documentaire

De Vincent Delerm
Avec Jean Rochefort, Aloïse Sauvage, Alain Souchon
Nationalité français
je ne sais pas si c’est moi, mais je m’attendais à une projection en présence du réalisateur, c’est même pour ça que j’étais venue. En fait j’avais du mal comprendre, c’était en « l’absence » du réalisateur, qu’il fallait lire. à la sortie j’ai entendu beaucoup de commentaires de spectateurs qui étaient déçus pour la même raison.
à  mon avis la présentation de la séance était un peu trompeuse…
Donc le film…de beaux plans, de beaux cadres, Delerm a sans aucun doute le sens de l’image. Le tout est un assemblage hétéroclite de portraits de gens connus ou pas, dans une ambiance Delermienne, du coup un peu tristoune et ramolotte, surtout les passages avec Alain Souchon qui donnent envie de se jeter sous une rame de métro (heureusement qu’il n’y en a pas en ce moment) ou les plans avec Jean Rochefort, qui donnent franchement le blues parce qu’il aurait surement mérité autre chose pour son dernier tournage. Lui même en a ri aux dires du réalisateur lui même…. l’approche de la fin doit rendre philosophe et ce grand comédien ne manquait pas d’un humour dont il a surement eu grand besoin en voyant les rushes… En dehors de ça il y a des choses intéressantes, jolies, émouvantes, poétiques même. Comme une chanson de Vincent Delerm. Mais c’est beaucoup plus long….beaucoup beaucoup plus long.

12345...25

L'oeil de la taupe |
Lola DEWAERE, tout simpleme... |
Looking Glass |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kneecongo32
| Cine Mania FR
| Cinekinode