19 juin 2021 0 Commentaire

Sans un bruit 2

sans-un-bruit-2-0116 juin 2021 au cinéma / 1h 37min / Thriller, Fantastique
De John Krasinski
Par John Krasinski, Bryan Woods
Avec Emily Blunt, Cillian Murphy, Millicent Simmonds
Titre original A Quiet Place Part II

j’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir cette famille presque au complet, à laquelle s’est greffé l’excellent Cillian Murphy. Si la surprise présente lors du visionnage du premier opus était forcément absente, on gagnait en complicité avec eux, connaissant la situation, les pièges,  les embûches: la personne qui était deux rangées derrière moi aurait pu leur servir de guide, s’exclamant « attention! » dès qu’un danger les menaçait ! Si j’avais trouvé quelques incohérences dans le scénario du premier film, celui ci se tient mieux.  il est beaucoup plus basé sur l’action, le suspens.

La séquence d’ouverture est très réussie, on apprend comment sont arrivées les vilaines bêbêtes, on les voit beaucoup mieux, et cela permet à ceux qui n’auraient pas vu le premier de raccrocher les wagons.

Le film m’a semblé très court, pas le temps de s’ennuyer ou de regarder sa montre !

La bande son est bien fichue, efficace, et j’affirme que c’est un film à voir absolument EN SALLE, pour bien en profiter. Chez soi, ce serait vraiment du gâchis ! (comme de visionner « Blair Witch » sur son téléphone en faisant son marché !) Faut y mettre un peu du sien, aussi !

Rien de bien profond, mais une bonne détente pour qui aime le genre de « survival » .

10 juin 2021 0 Commentaire

Conjuring 3 « The Devil Made Me Do It »

R211bed60be4ea376b1898cab3d5de05c9 juin 2021 /
De Michael Chaves
Avec Patrick Wilson, Vera Farmiga, Ruairi O’Connor
Titre original The Conjuring: The Devil Made Me Do It

Ce troisième opus de la saga relate le premier cas -réel- où un homme, traduit devant les tribunaux (aux Etats-Unis) pour meurtre, plaide la possession démoniaque. Cette fois ci réalisé par Michael Claves, j’ai retrouvé avec plaisir les époux Warren et quelques flash-backs me faisant vivre leur rencontre (mais pourquoi ne pas avoir donné à Taissa Farmiga (vue entre autres dans « la nonne ») le rôle le Lorraine jeune ?). L’intrigue est différente des autres volets: il ne s’agit pas d’un simple cas de possession. je n’en dévoilerai pas plus.

l’image et la réalisations sont plutôt soignées. La séquence d’ouverture est franchement réussie: un exorcisme spectaculaire, et je m’y connais !

Le clin d’œil appuyé à l’ « exorciste » m’a fait rire.

Mais par pitié, inutile de mettre le son à fond, là c’était un peu too much ! comme dans la scène du meurtre commis par Arne Cheyenne Johnson, je n’en pouvais plus !  ça n’ajoutais rien, sinon l’envie d’aller m’acheter des boules Quies, j’ai les tympans sensibles…

Ensuite, j’ai regretté quelques longueurs, et une intrigue partant dans plusieurs directions. Nous sommes loin de la limpidité fluide du premier Conjuring. Fort heureusement, beaucoup de détails qui nous rendent le couple de démonologistes de plus en plus familiers, et de séquences bien ficelées et spectaculaires rachètent ces petites maladresses. Je suis sortie satisfaite de ces presque deux heures qui sont passées comme une.  il y a de très bonnes scènes, suffisamment pour me contenter.

Les Dossiers Warren sont encore pleins d’histoires inexploitées, j’attends donc avec impatience le prochain opus ! la suite !!!

3 juin 2021 0 Commentaire

Mandibules

OIP19 mai 2021 / 1h 17min / Comédie, Fantastique

De Quentin Dupieux
Avec David Marsais, Grégoire Ludig, india Hair, Coralie Russier, Brunot Lochet, Roméo Elvis, Adèle Exarchopoulos, Thomas Blanchard
Pour moi, Quentin Dupieux c’est « Rubber », « le daim », et surtout « Réalité ». Avec « Mandibules », on reste dans le même registre de l’absurde, du totalement barré qui passe comme une lettre à la poste. Je trouve quand même que le côté « Dumb & Dumber » est un chouia trop appuyé, et le tout inférieur au niveau de « réalité ». mais faut-il comparer ? ben oui un peu tout de même. Adèle Exarchopoulos m’a surprise dans un registre nouveau, et m’a fait rire. La mouche joue très bien. très fly-actor-studio. c’est un de ces films où j’ai plaisir à me laisser embarquer dans un absurdité supérieure à celle de  notre vie actuelle – (à peine plus, parce que vous ne trouvez pas qu’on atteint des sommets en ce moment ?). c’est aussi un de ces films où je me dis « super mais comment avec une histoire pareille peut on trouver une scène de fin à la hauteur du bidule ? » je vous rassure: Quentin Dupieux le peut, et entre les différentes fins que j’avais imaginées, il a forcément opté pour la meilleure.  Un bon moment, donc, une curiosité à ne pas manquer.

28 mai 2021 0 Commentaire

Drunk

drunk14 octobre 2020 / 1h 57min / Drame, Comédie

Date de reprise 19 mai 2021
De Thomas Vinterberg
Par Tobias Lindholm, Thomas Vinterberg
Avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Magnus Millang
Titre original Druk
La vraie vraie surprise du jour. La bande annonce m’avait moyennement inspirée, mais j’aime beaucoup Mads Mikkelsen, et sortant d’un premiers film, je retrouvais mes vieux reflexes qui consistent à retourner devant le cinéma pour voir si des fois il n’y en aurait pas un autre qui commencerait tout de suite, et il y avait !
Au début je me dis « houla ça va pas être joyeux » (mais bon on ne va pas forcément au cinoche pour rigoler) et je craignais de me retrouver devant une illustration par l’image animée de la chanson « boire un petit coup c’est agréable mais il ne faut pas rouler dessous la table » bien connue. Sauf que pas du tout mais alors pas du tout !
ça n’est pas du tout un film sur les méfaits de la bibine, on est loin Bradley Cooper et Lady Gaga. ni un film qui en fait l’apologie.
Ni un film ennuyeux, bien au contraire.
plusieurs fois j’ai cru qu’on allait basculer d’un côté, et non, ça partait dans une autre direction, toujours pour le mieux. c’est tellement rare !
Inclassable parce que l’on passe successivement avec Mads par différents stades mentaux, c’est extrêmement bien filmé pour ça.
Les personnages sont attachants, et le film surprenant. Et aussi j’ai été époustouflée par la dernière séquence. je ne peux pas en dire trop mais pendant tout le film je me posais une questions sur le personnage de Mads Mikkelsen, et BIM ! à la toute fin on a la réponse: et c’est totalement fou ! Restez jusqu’au bout rien que pour voir ça ! j’avais envie d’applaudir ! ah la la qu’est ce que j’ai aimé ! c’est peu de le dire. je pense même à le mettre dans la catégorie « feel good movies », même si ça peut surprendre en voyant la bande annonce. Ben allez y que voulez vous que je vous dise….

28 mai 2021 0 Commentaire

Balloon

balloon26 mai 2021 / 1h 42min / Drame

De Pema Tseden
Par Pema Tseden
Avec Sonam Wangmo, Jinpa, Yangshik Tso
Titre original Qiqiu
Un film plein de délicatesse, de beauté, de poésie et aussi d’humour, qui nous dévoile le quotidien de Drolkar, cette femme aussi mal traitée que les chèvres (qui méritent mieux également). Elle n’a pas la liberté de faire ce qu’elle veut de son corps, quoi qu’elle décide. Tiraillée entre l’amende à payer si elle a un autre enfant, et la famille qui veut offrir une possibilité de réincarnation au grand père, personne  dans sa famille ne lui demande ce qu’elle ressent, elle.
Ce film est aussi un merveilleux voyage où l’on assiste à la vie d’une famille au Tibet, avec ses coutumes et ses traditions. j’ai adoré les images, les personnages, le film tout entier. je recommande !

26 mai 2021 1 Commentaire

Michel Ange

Ree1b1c9776a1d2ed4865a0bf4f261f5e21 octobre 2020 / 2h 14min / Biopic, Historique, Drame
Date de reprise 19 mai 2021
De Andrey Konchalovsky
Par Elena Kiseleva, Andrey Konchalovsky
Avec Alberto Testone, Adriano Chiaramida, Yuliya Vysotskaya
Titre original Il Peccato

j’ai passé tout le film à transformer en temps réel l’image en un beau noir et blanc: ça aurait eu quelque chose de Andrei-Tarkovskien. (Sauf la langue bien sur, mais quand même) (oui je sais: commencer une phrase par deux parenthèses est peu commun, en plus lesdites parenthèses seront suivies d’un point virgule mais je fais ce que je veux non mais); Tarkovskien donc, ce qui venant de Andrey Konchalovsky n’aurait pas été tellement surprenant.

Je m’attendais à voir l’artiste au travail, découvrir ses techniques de sculpture, mais que nenni ! il est question ici plus de ses démons intérieurs, de la personnalité étonnante du bonhomme génial, mais un peu frapadingue si je puis me permettre et pas sympatoche-sympatoche. On se dit aussi que cette renaissance souvent enjolivée devait aussi trimballer son lot d’odeurs putrides et que les renaissanciens  (si ça existe) devaient sentir un peu mauvais sous les bras.

Ne vous méprenez pas: j’ai aimé, pour la découverte du personnage. J’avais vu quelques documentaires sur lui-et-son-œuvre mais n’avais pas mesuré l’ampleur de la chose.  Certaines séquences sont vraiment passionnantes, ou belles, ou pleines de suspens (la descente de l’énorme bloc, mais allez-y vous verrez bien) ou surprenantes. et je salue la prestation de Alberto Testone qui est tout simplement bluffant.

Le tout est surement un peu long, j’aurais enlevé 20 bonnes minutes, d’autant plus que je claquais les dents de froid et ai craint de perdre l’usage de mes pieds que je sentais geler doucement, à cause du système de ventilation poussé à fond je présume.

Tout cela ne doit pas vous ôter l’envie de voir ce film , je suis consciente de ne pas refléter comme il se doit ses qualités, car il en a beaucoup. Mon état de fatigue en est j’imagine la cause, ça et la température de la salle, plus le masque sur le museau… et les gens qui à la sortie s’éloignent les uns des autres comme des aimants aux polarités inversées: que c’est triste…

Vivement le retour des salles combles avec les gens qui mangent du pop corn et tout et tout.  je commence à me demander si cela reviendra un jour.

 

 

 

 

 

19 mai 2021 1 Commentaire

Adieu Les Cons

Rbd3768447c56e376a32d008ea8719a35Adieu Les Cons

21 octobre 2020 /
Date de reprise 19 mai 2021
De Albert Dupontel
Avec Virginie Efira, Albert Dupontel, Nicolas Marié, Jacky Berroyer, Philippe Uchan, Bastien Ughetto, marilou Assiloux, Catherine Davenier et même Terry Guilliam, si si je vous jure !!!
je n’avais absolument pas le temps ni l’énergie de traverser Paris à pieds (économie de tickets de bus oblige) aux aurores pour aller voir un film. C’est donc très logiquement que je me suis retrouvée à 8 heures 45 du mat à m’émerveiller devant le groupe de gens piétinant devant le ciné de l’autre bout de la ville, visiblement tous ravis de se trouver là, enfin.
Étant donné la fatigue qui pèse sur mes frêles (tu parles!) épaules, je serai brève.
J’ai adoré ce film qui montre avec brio, humour, tendresse et un élégant désespoir  l’absurde de cette société qui broie les déjà éclopés de la vie.
Je retiendrai un phrase qui dit à peu près: « être bien inséré dans cette société absurde n’est pas un bon signe » (citation surement approximative vous me pardonnerez).
Il y a de l’humour mais pas trop, des situation étonnantes comme on pouvait s’y attendre,  beaucoup de compassion et d’intelligence, et une tristesse certaine qui m’a laissé un goût de larmes, d’autant plus que je suis en ce moment un peu à fleur de peau.
Oui j’ai eu ma larmichette, et alors ? de toute façon j’ai déjà le moral dans les chaussettes: autant que ça soit après un bon film.
J’essaierai au plus vite de rattraper mon retard et d’aller à des premières séances dans des cinés pas trop loin, pour rentrer avec des croissants comme une offrande à ma tendre moitié. Donc à bientôt, en espérant ne pas devoir me taper à chaque séance le spot « ♪♬ je reviens te chercher  ♪♬ » qui me sort par les trous de nez. pas vous ?

15 mai 2021 0 Commentaire

Cinoche: Le Retour (ou presque)

Eh oui les loulous, ça faisait une éternité qu’on l’attendait, ce moment où on allait recommencer à consulter les programmes de nos salles préférées, effectuer un nettoyage méticuleux de nos lunettes pour n’en perdre pas une miette  et envisager de recoller nos miches dans de moelleux fauteuils devant un grand écran plein de rêves et de promesses !

Je vous souhaite donc un merveilleux retour au cinoche.

Manque de bol pour moi, pour des raisons personnelles, je vais devoir attendre probablement la semaine suivante pour toucher à nouveau à ce bonheur intense. Non non, je ne suis pas malade, rassurez vous; mais voila quoi, un planning « un peu » chargé, quoi… vous savez ce que c’est.

j’écraserai une grosse larme de frustration mercredi matin, mais je me réjouis pour vous, parce que j’ai le coeur noble !

Je pense que ma priorité sera le film d’Albert Dupontel. on s’en reparle le plus vite possible !

Profitez bien, la vie est belle, et prenez soin de vous

 

15 mars 2021 0 Commentaire

Rendons à Cesar

Toute la rédaction était en zoom pour regarder ensemble la cérémonie des César 2021 , avec un enthousiasme mitigé parce que bien sur, le cinoche c’est sacré, mais en même temps, privés de salles obscures depuis ce qui nous semble la nuit des temps, on se demandait ce que ça allait pouvoir donner.

Forcément il y a eu revendication concernant la réouverture des salles.

Alors parlons tout de suite de la courageuse prestation de Corrine Masiero.

Bien sur, à la rédaction, tout le monde ne peut qu’être solidaire avec les intermittents du spectacle et toux ceux qui ont vu leur vie basculer dans la précarité à cause de cette cochonnerie de virus. Sans compter ceux qui avaient déjà du mal à joindre les deux bouts avant. Corrine Masiero? je dois vous avouer que personne au cinephage n’avait vu « Capitaine Marleau », je me souvenais d’elle dans « les reines du Ring » où elle n’était pas si mal.

Son coup d’éclat peut il servir à quelque chose ? j’en doute. mais bon, il fallait attirer, et fort, l’attention sur le sujet. impossible de faire l’impasse… Autre question à laquelle vous, lecteurs aimés, pourrez me répondre: êtes vous prêts, tout de suite, quand on nous dit  le virus circule encore, et pas qu’un peu, à vous enfermer dans une salle aérée 5 minutes entre deux séances après un trajet peut être en métro, et si ça se trouve par la ligne 13.

Je ne cherche pas à vous influencer, je pose juste une question. pour ma part. il y a de grandes chances pour que j’y aille, parce que je peux faire le trajet à pieds, et choisir des  petits cinoches où je sais qu’ls désinfectent tout, et  aux premières séances souvent désertes.

Le reste de la cérémonie ? Ouille. quel gêne, quel embarras devant tant de vulgarité, de blagounettes pipi caca et pouêt pouêt. j’avais envie de me cacher sous ma couette, de honte pour eux.

Je retiendrais le seul vrai point positif: la joie de voir récompenser Albert Dupontel qu’on adore tous au cinéphage.

Et nous avons le devoir de vous avouer que tellement gênés devant cette cérémonie indigne dans son ensemble, nous avons abandonné et revu les résumés et comptes rendus le lendemain.

Pour répondre à la question de Marina de Foïs, « fallait il faire une cérémonie des Césars cette année ? » , je serais tentée de répondre: oui il fallait. Mais  pas comme ça. Il fallait le faire dignement, avec panache. On aurait préféré. Il faut l’élégance d’une Chantal Lauby pour dire des énormités en restant drôle, et pas vulgaire. là c’était juste embarrassant pour tout le monde.

Vivement que tout cela ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

12 décembre 2020 0 Commentaire

Kim Ki Duk emporté par le covid-19

kimkidukComme si la désolante nouvelle du report de l’ouverture des salles de spectacles ne suffisait pas, j’apprends ce matin celle de la mort de Kim Ki-duk qui a succombé au covid-19.

j’avais adoré « l’ile », « locataires », et le si beau « Printemps, été, automne, hiver…et printemps » entre autres.

Que dire de plus, sinon qu’il nous faut garder le moral malgré tout, même si ça commence à bien faire. Là, tout de suite, j’ai du mal. Mais il faut s’accrocher et faire bien attention aux uns et aux autres.

Et revoir ses films…

 

12345...30

L'oeil de la taupe |
Lola DEWAERE, tout simpleme... |
Looking Glass |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kneecongo32
| Cine Mania FR
| Cinekinode